Chargement en cours...
Accueil > Littoral > Lutte contre les algues vertes
Agence de l'eau Loire-Bretagne
Lutte contre les algues vertes
08/12/2015
Communiqué de la préfecture de la région Bretagne du 19 novembre 2015

Le comité régional de pilotage du plan de lutte contre les algues vertes s'est réuni jeudi 19 novembre 2015 à la préfecture de région dans le contexte particulier introduit par la remise du rapport de la mission interministérielle en juin 2015 et la réunion avec les élus locaux et les représentants des cabinets ministériels, le 24 septembre à Rennes.
À cette occasion, un premier bilan du plan algues vertes 2010-2015 a été dressé et les principales orientations connues sur les conditions de poursuite du plan ont été examinées.

>> voir le communiqué de presse    - le 23/11/2015 -

Où en est-on en 2015?

Le conseil d’administration de l’agence de l’eau a examiné le 25 juin 2015 un état d’avancement du plan de lutte contre les algues vertes.

Après cinq années de mise en œuvre, certains résultats sont au rendez-vous et des enseignements peuvent déjà être tirés.

Le plan de lutte contre les algues vertes a été adopté en février 2010 à la suite d’un pic de proliférations d’algues vertes en Bretagne au cours de l’été 2009. Le plan concerne huit baies déjà identifiées dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux 2010-2015.

Un plan en trois volets

Le plan associe l’État, le conseil régional de Bretagne, les conseils départementaux des Côtes-d’Armor et du Finistère, l’Ademe et l’agence de l’eau. Il comporte trois volets :

  • l’amélioration de la connaissance et la prévention des risques,
  • le ramassage et le traitement des algues,
  • et la réduction des flux de nitrates de 30 à 40 % au moins en agissant sur les rejets domestiques et sur l’agriculture (voir le schéma ci-après).

Dans chaque baie, un comité local définit les projets de territoire et les suit.  

Cliquez sur l'image pour l'agrandir 

134 millions d’euros sur 5 ans

L’enveloppe prévisionnelle du plan s’élève à 134 millions d’euros, dont 120 millions concernent le volet préventif. L’agence de l’eau apportera 42 millions d’euros pour les actions prévues par les chartes de territoire, l’assainissement, la résorption du phosphore, l’acquisition de connaissances. A ce jour, l’agence a engagé près de 20 millions d’euros.

Des premiers résultats sur la qualité de l’eau

Dans certains bassins versants – Frémur pour la baie de Fresnaye, Evron, Ic et côtiers, Gouessant pour la baie de Saint-Brieuc - l’objectif de réduction des flux de nitrates fixé par le Sdage pour 2015 est atteint. Ce succès est à mettre au crédit des actions menées pendant la décennie précédente, qu’elles soient d’ordre réglementaire ou contractuel. Mais l’effort doit se poursuivre pour atteindre le bon état des eaux côtières au plus tard en 2027.

Quel effet sur les échouages d’algues ?

Le Centre d’étude et de valorisation des algues réalise depuis 2002 un suivi à partir d’observations aériennes. Depuis 2011 les échouages diminuent, sans qu’il soit possible d’y voir une tendance irréversible. En effet plusieurs facteurs interviennent : le volume des stocks d’algues reconduits d’une saison à l’autre, les tempêtes qui les dispersent, l’intensité et la fréquence des pluies qui apportent les flux d’azote, et bien sûr la réduction des flux de nitrates grâce au changement des pratiques ou des systèmes agricoles et à l’aménagement de l’espace. 

Des atouts : la mobilisation et la concertation locale

L’ampleur de la concertation locale, qui implique de nombreux acteurs y compris les « prescripteurs » est un réel atout. La gouvernance du plan renforce la dynamique et l’articulation entre dispositifs contractuels et réglementaires. Dans toutes les baies, les inventaires des zones humides sont désormais achevés. 

Des difficultés, et des questions en suspens

La mise en œuvre des mesures agroenvironnementales et du volet foncier ne sont pas encore à la hauteur des besoins. Si la première est d’ordre conjoncturel, avec la transition entre deux plans de développement ruraux, la gestion foncière reste un point délicat qu’il faut approfondir. 

Et demain ?

Une mission d’inspection interministérielle vient de rendre son rapport d’évaluation sur la mise en œuvre du plan. Ses conclusions permettront d’orienter la poursuite du plan pour 2016 et au-delà.
Quant à l’agence de l’eau, ses contrats territoriaux « algues vertes » s’achèvent à la fin de l’année. Elle va poursuivre son implication auprès des commissions locales de l’eau et des maîtres d’ouvrage et aux côtés des services de l’État. Elle s’attachera à soutenir particulièrement les actions relatives aux zones humides, au bocage et à la gestion foncière.
En savoir plus :

Plan de lutte contre les algues vertes, quelles mesures pour l’agriculture ?

      Exemple illustré (charte de la Lieue de Grève)

 

 Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

 

 

 

 

 

P-algues-vertes-avant-1060.gif
P-algues-vertes-apres-1060.gif
Plan-algues-vertes-8baies-880.jpg
littoral_avancementPLAV_20150611.pdf
PointAV_20151119.pdf
Plan de site | Accès professionnel | Nous écrire | Infos légales et informatique et liberté | Haut de page